Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> Tracks du 24 juin 2010 > Lighting Sound

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

25/06/10

Tracks - Lighting Sound - Et la lumière fut... sonore!

Un reportage d'Aldo Lee
Photo background du site Tracks : Stéphane Pecorini pour ork.ch

Previous imageNext image

Avec le développement de logiciels qui permettent de mettre en boucle en temps réels des séquences vidéos et de faire réagir les images au rythme des BPM, il devient aussi simple de s'adonner au VJing que de jouer du pipeau.

Depuis 2005, ces aventuriers qui font du son à la vitesse de la lumière ont rendez-vous à Genève. Direction le Mapping Festival où l'image passe le mur du son.

Reversibilité
Depuis une dizaine d'années, les espagnols Alejandro Posada et Carlos Martínez font le tour du monde avec leurs instruments novateurs, associant la lumière au son.

Ingénieur de formation, Alex Posada explore l'univers étrange où lumière et son se répondent... Sa dernière création La Particule, est composée de quatre arcs de LED attachées à un gyroscope métallique. Cet instrument lui permet de matérialiser le phénomène de la synesthésie. Connectées à l’ordinateur portable de l’artiste, les lumières réagissent en temps réel et changent de couleur à chaque variation de son.

Orgie sonique
Les mixes d'Otto Van Schirach ressemblent à des mille feuilles où se superposent grind gore, jungle, gangsta rap ou glitch.
Pour mettre en image ses compositions, Otto a collaboré avec le vidéaste Motomichi qui ne travaille qu’en noir, rouge et blanc.

Depuis qu’il a acheté son premier sampler à un junkie dans les rues de little Havana à Miami où il habite, Otto Von Schirach se nourrit de tous les sons pour créer sa musique.
Son dernier album, Pukology, n’utilise que des bruits de vomissements.



Otto Von Schirach : Je n’ai ni règle, ni limite, je veux juste que tout soit créé en son ou en musique. Tout sur cette planète peut devenir musique ! Je veux que ma musique corresponde à une image. Tu peux l’écouter et il y a des morceaux instrumentaux avec lesquels ton cerveau peut juste décoller et explorer ce qu’il veut explorer, mais la plupart de mes morceaux sont en connexion avec le système solaire ou Dieu, et je veux que les visuels leur ressemblent.


Art Total
L’idée de mettre en accord images et sons ne date pas d’hier.
En plein boom du psychédélisme, en 68, les Pink Floyd s'associent à l'artiste Mike Leonard pour projeter sur scène des tâches d'huiles mouvantes et colorées lors de leurs concerts mythiques au club UFO.

Onze ans plus tard, Jean-Michel Jarre met en scène une harpe laser au cours de ses concerts, et en 2007, le show "Alive" du duo de Daft Punk leur vaut une nomination dans la catégorie Spectacle Musical de l'année aux Victoires de la musique.

Aujourd’hui, Richie Hawtin aka Plastikman a même créé une application iphone qui permet au public de contrôler les effets lumineux sur scène.

Herman Kolgen
Le Montréalais Herman Kolgen se définit comme un sculpteur audio cinétique. Sa spécialité: traduire en image et en son l'énergie d'un corps en mouvement.

Après 20 ans de recherches, il a mis au point ses propres logiciels qui lui permettent de manipuler les images en interaction avec les ondes sonores.
Pour Inject, Herman a plongé un cobaye dans une piscine plus de 8 heures par jour pendant 6 jours.
En apnée, son nageur reçoit de l’oxygène toutes les 45 secondes histoire de... rester en vie.

Pour corser l'affaire, Kolgen coupe parfois l’air quand il trouve son acteur trop paisible. Une dizaine de micros et 5 caméras, dont une tournant à 1500 images seconde, captent cette immersion. Lors de ses performances, Herman peut allonger ou réduire le temps du film et bousculer ainsi la narration.


Tracks
mardi, 29 juin 2010 à 05:00
Pas de rediffusion
(France, 2010, 52mn)
ARTE F

Edité le : 21-06-10
Dernière mise à jour le : 25-06-10